Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - Rorlia Sha Finsar

Pages: [1]
1
Bienvenue et bon courage pour terminer ta fiche.

2
Avec la réactivité émotionnelle d'une souche pétrifiée par le temps, Rorlia s'émut à hauteur d'une légère raideur au niveau des épaules lorsque les pièces se mirent à pleuvoir. Une odeur de feu et de métal chauffé envahissait l'air, accompagnées du tintement de la monnaie retombant bruyamment au sol ainsi que sur les tas alentours. Rorlia peinait à saisir l'utilité de la chose, la salle du trésor ne se distinguait pas par son mode de rangement révolutionnaire, à savoir l'absence totalement de rangement, les tas d'or se succédant, parfois ponctués d'un tas d'autre chose dont les nombreux objets devenaient rapidement impossibles à identifier dans la masse. Toute cette pagaille la gênait, créant presque un malaise en elle, le monde devait être ordonné pour convenir aux êtres civilisés, la maison de ses parents était toujours soigneusement tenue. Voir un tel étalage de richesses si mal entretenu amenait un malaise, presque de l'irritation qu'elle dût s'appliquer à repousser pour ne pas verser dans le sentimental. Son travail de professionnelle ne pouvait se permettre la tache des sentiments, ils faussent toujours tout.
L'acrimonie ostentatoire de la gardienne rassurait au moins Rorlia sur un point, elle apprécierait qu'elle fasse tout son possible pour protéger la salle du trésor, ce qui promettait aussi certainement une récompense en conséquence. Elle épargna donc les questions sur les moyens disponibles pour rentabiliser temps et labeur de sa part, et se pencha sur la carte, merveilleusement intacte entre les mains de la chienne, afin de prendre connaissance des lieux sans s'encombrer de la vue des monticules parsemant le vaste espace.
Plusieurs portes jalonnaient les murs de la salle du trésor, les portes, selon leur importance, se trouvaient représentées plus ou moins larges, ce qui chagrina Rorlia pour qui la moindre ouverture représentait le même danger. Les cambrioleurs se fichent bien de passer par un seuil de deux mètres sur trois plutôt que de un sur un. Ils passent s'ils le peuvent, et ils ne laissent qu'un trou dans l'or et les reliques derrière eux. Une chose que la chatte ne pouvait accepter, pas si son travail devait contrecarrer leurs plans. Elle mémorisa donc le plan à sa façon, et arpenta la grande pièce en tenant la carte d'un main, jetant parfois un regard dessus avant de vérifier la présence d'un poncif dans la réalité du terrain. Elle dépensa ainsi près d'une demi heure, contournant de son pas égal et souple les montagnes de richesses, évaluant les distances, inspectant les portes, testant les serrures. De son propre avis la sécurité, en dehors des gardes, était lamentable, mais elle connaissait peut être plus de cleptomanes professionnels que la Grande Kanabo.

-Il va me falloir du temps, beaucoup de temps à vrai dire. Toutes les portes ont la même importance, je serais stupide si je ne proposais une bonne serrure que pour la principale en délaissant les ouvertures secondaires, alors je vais devoir réfléchir à un mécanisme pour chaque porte, cela empêchera un voleur d'en examiner une plus discrète que les autres en catimini, puis d'entrer par une autre porte encore. Et je vais devoir travailler ici, en partie du moins, pour tester les mécanismes, les mettre en place, prendre des mesures, ajuster le plan au réel. Si vous acceptez cela ce sera un véritable plaisir que de vous aider, probablement même une entreprise exaltante. déclara la chatte avec l'expressivité d'un cadavre.

Elle imaginait déjà plusieurs conditions à ses serrures. Il lui faudrait un pivot différent autour duquel agencer chaque mécanisme, de sorte à ce qu'ils ne possèdent pas de tronc commun exploitable, mais, ce faisant, elle risquait d'en concevoir de qualités variables, et il était impensable d'installer une serrure au rabais pas rapport à ses consoeurs. Pousser le vice de ses mécanismes jusque dans les derniers retranchements de l’ingénierie serrurière, voila un défi qu'elle appréciait, ses journées seraient nettement plus trépidantes désormais. De plus, elle s'arrangerait pour qu'une serrure ouverte verrouille toutes les autres sans possibilité d'ouverture, dans aucun cas, ainsi ni un clef ni l'habilité d'un crocheteur ne parviendraient à s'en défaire, le malfrat devrait repasser par son entrée. Oui, il s'agissait d'un beau projet, et elle demanderait une bonne paye en retour, quelque chose qui, comme ses créations, ne s'obtenait pas facilement, quelque chose que les gens du commun ne pouvaient approcher. Elle demanderait l'accès à la salle, pour y étudier le butin de Kanabo, cela se révélerait très instructif, Rorlia n'en doutait pas.

3
Rorlia réagit à peine au grondement de la chienne, tout juste en arquant l'une de ses délicates arcades, pour exprimer une circonspection attendue, étant donné qu'elle ne voyait aucune raison d'être agressée par sa cliente. Il lui semblait normal de dire les choses telles qu'elles étaient, et non de les cacher, la relation de confiance entre un bon client et un vendeur honnête, il ne s'agissait que de cela. Elle ressentit donc un pincement d'irritation à se laisser dire qu'elle profitait de la situation pour se moquer. S'il fallait ménager les clients même en leur donnant des avantages, bientôt elle devrait les escroquer avant de leur expliquer qu'elle le faisait pour que ces abrutis comprennent de quoi il en retournait. Elle tint sa langue et écarta un soupir de lassitude mental, son regard de statue, parfaitement neutre, restant fixé sur la chienne agacée. Les flammes ne touchèrent pas son habit, elle ne bougea pas, aucun défi, ce n'était simplement pas utile de le faire et elle imaginait parfaitement la répartie débile qui aurait put s'en suivre, probablement bâtie sur un fond d'indignation pour ne pas avoir apprécié de sentir le brûlé. Les gens semblaient ainsi, promptes à s'indigner, et lents à l'introspection.

- Certainement.

Sur cette réponse laconique Rorlia emboîta le pas à la chienne au dehors de son échoppe. Elle prit soin de bien en verrouiller la porte et jeta un rapide regard circulaire, à la recherche d'un comportement déplacé propre aux milieux interlopes. Les commerçants échangeaient avec leurs clients, ou bien hélaient le chaland si leur éventaire n'en accueillait pas déjà. La rue résonnait du bruit des échoppes et des acheteurs s'y promenant, parfois les bras si chargés de marchandises qu'ils laissaient inévitablement choir un ou deux objets au sol tous les quelques pas. Rorlia décida de ne pas s'inquiéter, et suivit la gardienne du trésor de sa démarche fluide, semblant presque glisser au dessus du sol plus qu'elle n'y prenait appuis. Ses trois queues ondoyant dans son sillage ne manquèrent pas d'attirer l'attention mais elle en avait l'habitude et ignora superbement ces comportements, pour se concentrer uniquement sur sa mission prochaine, réfléchissant déjà à un mécanisme qu'il serait intéressant d'installer sur une porte, ainsi qu'au payement qu'elle pourrait demander pour ses talents d'horlogère.

Une fois sur place Rorlia se planta au milieu du passage. Elle regarda de chaque côté, le sol, le plafond, les gardes engoncés dans de lourdes armures, occupés à faire le planton devant une porte suffisamment épaisse pour arrêter un bataillon et son bélier. L'ensemble ne semblait pas trop mal, la taille du couloir et le nombre de gardes promettait de rendre une approche discrète difficile, mais la porte, bien que sa taille et son poids soient impressionnants, ne demeurait qu'une porte équipée d'un simple verrou sophistiqué.
Rorlia s'en approcha, accroupie devant, et ausculta le mécanisme, tout d'abord en cherchant à l'ouvrir de la manière la plus banal, en activant la poignée, puis en tirant d'une sacoche à sa taille plusieurs objets fins et allongés. Pour travailler sur les mécanismes les plus délicats elle employait toutes sortes de tige, de petites piques, de crochets, et de bâtonnets aux extrémités de forme variées. Il ne lui fallut pas une poignée de minutes pour déverrouiller la porte. Évidemment elle avait l'avantage de ne pas subir l'assaut des gardes, mais la serrure en elle même restait insuffisante pour stopper durablement un voleur capable.

- Mm. Je vois. C'est une serrure qui en vaut une autre, je paris que j'ai même prit trop de temps, je ne suis pas une voleuse professionnelle. Y a-t-il d'autres entrées à tester ? Si cette serrure est la meilleur que vous possédiez pour protéger le trésor je ne serai pas étonnée qu'il manque déjà des objets à l'intérieur, une petite pièce d'or disparue au milieu des centaines d'autres, qui le verrait ?

4
Galerie / Petit test
« le: 30 avril 2018 à 11:55:25 »
<body><div style="width: 775px; height: 574px; background-image: url(https://redcdn.net/hpimg11/pics/904468livrebotanique2.png); margin: auto; color: #FFDA8C;"><table style="margin: auto;text-align:justify; color:#928172; padding:20px; font-size:11px; color:#aaa; line-height: 95%; font-family: Viner Hand ITC"><tbody><tr><td colspan="2">
<table><tbody><tr>
<td><table style="width: 380px; margin-right: 70px"><tbody><tr>
<td><div style="border-bottom: 1px solid #CECECE; width: 140px;font-family: 'Trajan Pro', sans-serif;font-size:13px; color:#52251C; margin-bottom:2px; padding:2px;">PROFIL CHERCHÉ</div><!---

---><div style="border-bottom: 1px solid #CECECE; width: 140px;font-family: 'Trajan Pro', sans-serif;font-size:13px; color:#52251C; margin-bottom:2px; padding:2px;">SOLO/GROUPE/MJ</div><!---

---><div style="border-bottom: 1px solid #CECECE; width: 140px;font-family: 'Trajan Pro', sans-serif;font-size:13px; color:#52251C; margin-bottom:2px; padding:2px;">LVL MONSTRES</div><!---

---><div style="border-bottom: 1px solid #CECECE; width: 140px;font-family: 'Trajan Pro', sans-serif;font-size:13px; color:#52251C; margin-bottom:2px;padding:2px;">COMMANDITAIRE</div><!---

---><div style="border-bottom: 1px solid #CECECE; width: 140px;font-family: 'Trajan Pro', sans-serif;font-size:13px; color:#52251C; margin-bottom:2px;padding:2px;">ZONE</div><!---

---><div style="border-bottom: 1px solid #CECECE; width: 140px;font-family: 'Trajan Pro', sans-serif;font-size:13px; color:#52251C; padding:2px;">RÉCOMPENSE</div>
</td>
<td><div style="border-bottom: 1px solid #CECECE; width:140px;font-family: 'Viner Hand ITC', sans-serif;font-size:13px; color:#34393E;margin-bottom:2px;padding:2px;text-align:right;">Chasseur</div><!---

---><div style="border-bottom: 1px solid #CECECE; width:140px;font-family: 'Viner Hand ITC', sans-serif;font-size:13px; color:#34393E;margin-bottom:2px;padding:2px;text-align:right;">Solo ou groupe</div><!---

---><div style="border-bottom: 1px solid #CECECE; width:140px;font-family: 'Viner Hand ITC', sans-serif;font-size:13px; color:#34393E;margin-bottom:2px;padding:2px;text-align:right;">Lvl max 5</div><!---

---><div style="border-bottom: 1px solid #CECECE; width:140px;font-family: 'Viner Hand ITC', sans-serif;font-size:13px; color:#34393E;margin-bottom:2px;padding:2px;text-align:right;">Kanabo</div><!---

---><div style="border-bottom: 1px solid #CECECE; width:140px;font-family: 'Viner Hand ITC', sans-serif;font-size:13px; color:#34393E;margin-bottom:2px;padding:2px;text-align:right;">Rivière 1000 reflets</div><!---

---><div style="border-bottom: 1px solid #CECECE; width:140px;font-family: 'Viner Hand ITC', sans-serif;font-size:13px; color:#34393E;margin-bottom:2px;padding:2px;text-align:right;">50 Streums</div>
</td>
</tr></tbody></table>
<div style="width: 300px; margin-top:10px; margin-left: -10px; text-align:justify; padding:10px; height: 250px; overflow: auto;">
<span style="margin-top:-40px; font-family:'Viner Hand ITC'; sans-serif; color:#52251C; font-size: 30px;">Description</span>
<div style="border-top:1px solid #928185;margin-top:10px"></div>
<span style="font-family: 'Trajan Pro'; sans-serif; color:#34393E; font-size: 12px;">
Les pêcheurs approvisionnant le donjon en poissons d’eau douce se plaignent de la présence de crabes géants dans la rivière aux mille reflets. Les crustacés gros comme des moutons prolifèrent apparemment de façon inquiétante, et il devient urgent de réguler leur population avant qu’elle ne créer un réel problème dans la région.



Kanabo offre 50 Streums pour tout nid détruit. Ils comportent en général entre trois et cinq individus, ramenez leurs yeux pour prouver l’aide apportée.
</div>
</span></td>

<td></td><td rowspan="2"><img src="https://nsa39.casimages.com/img/2018/04/30/180430120215772351.jpg" style="background-color: #2B2B2E; margin-top: 85px; margin-left: -80px; margin-right: 60px; width: 280px; height: 437px; border: none;"></td>
</tr></tbody></table><div style="text-align: right; margin-right: 70px; font-size: 8px; color: white;">FICHE © LILIEBIA</div>
</td></tr></tbody></table></div></body>

5
Au voile qui masqua la lumière dans les yeux de sa cliente Rorlia comprit qu’elle perdait l’intellect de celle ci. Il n’était pas rare qu’elle surpasse un acheteur dans le domaine de la mécanique, du moins celle de ses automates, mais elle ne parvenait pas à comprendre l’intérêt de le montrer aussi ouvertement, ils devenaient ainsi des proies faciles pour elle. Dans ses propres aventures marchandes au dehors de sa boutique Rorlia ne montrait jamais son incompréhension, au mieux exprimait-elle une légère gêne face à une notion dont elle saisissait les bases sans connaître les subtilités, quand bien même l’ensemble de la chose lui survolait les oreilles de plusieurs coudées. Voir un tel laisser aller de la pensée chez la gardienne était presque décevant, mais cela n’empêcherait pas Rorlia de la ferrer comme un bon gros poisson bien gras, surtout qu’elle entrevoyait des possibilités alléchantes.

-Il s’agit en effet peut être d’une forme de garantie, ce que l’on peine à comprendre soi même s’avère parfois une gêne pour d’autres aussi. Cependant j’aimerai vous mettre en garde, clamer son ignorance devant un marchand n’est pas la meilleure des idées, c’est le meilleur moyen de se faire rouler sur les prix. Entre vendeurs et acheteurs il y a aussi un jeu de vol, le vendeur veut prendre à l’acheteur plus que le prix de sa marchandise, et l’acheteur cherche à la lui prendre pour moins que ce qu’elle vaut, je pourrais profiter de votre ignorance, mais ce serait sournois. Rorlia retira sa main de l’horloge complexe dont elle parlait plus tôt, et croisa les bras dans son dos en gardant son regard rose fixé sur la chienne. Je préfère les relations de confiance, je n’ai pas besoin de devenir riche, alors je ne profiterai pas de votre ignorance. Ceci étant, je me pense capable d’imaginer un mécanisme pour la porte de la salle du trésor qui plongera plus d’un voleur dans un désarroi immense, mais cela requiert que je vois la porte elle même. Accepteriez-vous de me laisser l’étudier, et de me laisser l’étudier fermée comme ouverte, sans quoi il me sera difficile d’accéder à votre demande de manière efficace ?

6
Galerie Marchande / Entre parias. [PV ZAFIR]
« le: 29 avril 2018 à 13:43:19 »
Debout, devant une horloge dont les multiples pendules s’agitent sur un rythme régulier, Rorlia songe. Elle avait trouvé amusant de créer une horloge possédant trois pendules, même si cela s’était avéré être un frein pour ajouter un mobile, chose dont l’objet se passait donc. Cependant, après réflexion, il lui semble que le triple cliquetis des pendules, une fois arrivés à l’extrémité d’un mouvement, a quelque chose d’agaçant. Toutes les pendules et les petites créations cliquettent, claquent, ronronnent et bruissent dans la pièce, mais la chatte s’est depuis longtemps faite à la cacophonie discrète, elle y trouve même une forme d’harmonie apaisante. Et le claquement dupliqué de l’horloge trouble la ritournelle de l’échoppe, ce n’est pas acceptable.

Elle se saisit donc de l’horloge avec délicatesse et se dirige vers son comptoir. Il est temps de trouver une solution à ce soucis qui n’a que trop duré. Outre la suppression d’un désagrément d’ordre secondaire Rorlia cherche surtout à s’occuper. L’ennui est un compagnon qu’elle connaît bien, il la visite souvent dans sa boutique, vide du matin au soir la majorité des jours, avant et après le passage de clients les rares fois où ils se présentent. Elle a sut s’y faire, en bricolant des babioles alambiquées qui rencontrent souvent un succès étonnant en comparaison de ses horloges utiles et réellement dignes d’intérêt selon elle.
Assise derrière son comptoir Rorlia désosse donc lentement l’horloge, avec un soin chirurgical qui donne à chaque rouage un emplacement précis sur le plan de travail. Ses outils s’alignent, impeccablement parallèles, et le temps passe sans qu’elle n’y prête une grande attention. Bien souvent les jours semblent glisser au dehors, comme l’eau contournant une pierre dans la rivière, Rorlia se trouve dans son rocher immuable. L’air bruit de la vie discrète des objets s’activant sans trêve, mais pas un souffle ne dérange le silence calfeutrant ce monde discret. Alors Rorlia s’immerge dans sa bulle et invente, des schémas compliqués se traçant dans son esprit.

7
Et hop, heureuse de pouvoir te valider chère amie.
Il faudra juste faire attention, lorsque la boutique d'équipements sera fonctionnelle tu devras y acheter ton habit magique pour que ça rentre dans les clous. Sinon tout est en ordre, amuses toi bien.

8
Le regard fixe, les prunelles fendues dans celles de la chienne dressée devant son comptoir, Rorlia accusait le coup. Elle ne connaissait pas grand monde au donjon malgré le temps passé entre ses murs, et elle se rendait désormais compte à quel point c’était déplorable. Si elle avait eut un minimum de conversation et de coeur elle se serait certainement liée facilement à quelques individus divers, et aurait put reconnaître un personnage important comme, par exemple, la gardienne du trésor de Kanabo. Elle aurait été capable d’identifier sa cliente dans ce cas, actuellement elle se sentait stupide de ne pas s’en être montrée incapable, mais n’en présenta rien, parfaitement lisse à l’extérieur tandis que ses méninges s’activaient pour décider de sa réponse.

Rorlia se leva, repoussant sa chaise et passant une main sous les trois lampes afin d’en atténuer la lumière, puis elle dépassa son comptoir pour rejoindre la chienne debout. Son corps, bien que raide, présentait une grâce languide dans ses mouvements les plus simples, donnant l’impression qu’elle se coulait au dessus du sol plus qu’elle n’y marchait. Ses trois queues ondulant lentement derrière elle, la chatte se plaça devant un présentoir, à une distance correcte de sa cliente suivant les convenances connues à Kanabo. Puis elle désigna un petit mécanisme se trouvant sur le plateau du présentoir.
Il s’agit d’une horloge en forme de dé à vingt-six faces, chacune possédait un symbole. Il y avait des mécanismes complexes cachés sous la surface de marbre poli que Rorlia avait employé pour constituer ces facettes.

- Je ne sais si cet exemple vous sera d’un quelconque réconfort mais voici une horloge mystère que j’ai conçue. Elle change périodiquement de face en roulant sur elle même, mais ne possède pas un nombre de face correct pour les différentes heures de la journée. Afin de lire le passage du temps il est obligatoire de l’observer suffisamment longtemps pour en comprendre le fonctionnement, et établir le code qu’elle utilise. C’est un objet parfaitement inutile en soit, mais une curiosité qui s’est montrée retorse avec plus d’un client. Elle passa un doigt sur une arrête du dé dont la face supérieur comportait un symbole s’éclairant doucement pour annoncer qu’il était l’actuel. Je ne peux pas promettre d’être capable de créer un dispositif qui soit infaillible face à l’ingéniosité d’autrui, je ne suis pas la seule dotée d’un cerveau en ce monde, mais si une chose de ce genre vous intéresse, je peux tout à fait vous promettre une serrure au moins aussi complexe, qui demandera à plus d’un voleur de s’y reprendre à plusieurs fois, et peut être durant des heures, pour trouver le moyen d’ouvrir la salle que vous protégez. Ceci étant, l’outil sera purement mécanique, je vous conseille de rencontrer un enchanteur puissant pour qu’il applique des charmes à l’objet, permettant de repousser des agression magiques.

9
Confortablement installée derrière le large panneau de bois du comptoir Rorlia triait de petits cristaux. Leur taille minuscule demandait une grande attention pour discerner les différences, mais l’horlogère savait que de son choix résulterait la longévité et la précision de son automate. Ses pupilles s’étrécirent lorsqu’elle se morigéna mentalement, il ne s’agissait pas de précision mais de répétabilité, elle détestait utiliser les mauvais mots. Sa harangue intérieure se trouva interrompue par le penne de la porte se débloquant, et laissant place à une silhouette inconnue dans l’encadrement.

Rorlia déposa sa pincette sur le comptoir et repoussa délicatement les diverses particules de son mobile en regardant la silhouette approcher. Il s’agissait apparemment d’une semblable, bien que du côté canidé de la famille, mais elle semblait pencher vers une autre branche inconnue de Rorlia. En se permettant un coup d’oeil global et critique sur l’anatomie de la nouvelle venue, la chatte s’autorisa à penser qu’elles n’étaient peut être pas si proche finalement. Quelque chose dans la physionomie de la thérianthrope la gênait, sans qu’elle ne trouve trop quoi. Elle répondit toutefois poliment, mais d’un ton neutre qui lui était coutumier, à la politesse à retardement de sa cliente.

-Soyez certaine que je suis ravie de vous rencontrer moi aussi. répondit la chatte, quand bien même elle semblait aussi jouasse qu’en regardant une brique. En quoi puis-je vous être utile ?

Etant donné l’apparence de la demoiselle Rorlia doutait qu’il s’agisse d’une horloge, peut être un petit manège aperçu dans la vitrine. Certaines personnes appréciaient beaucoup les automates, surtout lorsqu’ils montraient des mouvements répétitifs ou contre intuitifs, et il arrivait souvent à Rorlia de terminer une vente en refourguant l’un des bidules inutiles à son client.
Cependant là aussi la chatte sentait poindre un doute. Bien qu’il s’agisse de préjugés dont elle était parfaitement consciente, une part d’elle même peinait à visualiser la chienne devant son comptoir, dont les mots requéraient visiblement une concentration intense pour être prononcés, s’épanouir dans la contemplation d’une œuvre mécanique. Elle garda cette remarque peu commerçante pour elle et désigna d’un léger et vague geste d’une main la boutique se trouvant de l’autre côté du comptoir.

-Serait-ce quelque chose que vous avez vu ou dont vous avez eut vent ? Si il s’agit d’une commande particulière je préfère vous informer qu’un délais est à prévoir.

10
Galerie Marchande / Dans la peau d'une alchimiste. [PV HELLHOUND]
« le: 21 avril 2018 à 11:05:02 »
Assise derrière un petit comptoir tout de bois poli une jeune femme à l'allure de chatte ausculte ce qui ne semble être qu'un amas informe de petites roues dentelées, de ressorts, de courroies et de pièces anguleuses montées sur tiges. Trois lampes l'entourent, éclairant de toutes part la moindre pièce mécanique sur la table, la lumière s'infiltre alors jusqu'au coeur des mécanismes que l'horlogère manipule avec délicatesse. Les traits sérieux, Rorlia se trouve plongée dans la création d'un nouvel automate horloger.
Autour d'elle la pièce est bien rangée, il s'agit d'un lieu de vente, la pièce principale de son échoppe. Dans son dos une petite porte discrète, faite du même bois que celui couvrant les murs de pierre, se dissimule dans une fausse pénombre. Devant elle, toute en longueur, se déroule son échoppe. Les murs de pierre lui plaisaient, mais le bois a quelques chose de plus chaleureux qui rend les lieux confortables, et puis elle aime l'odeur de la résine. Il s'agit d'un bon bois de sapin, elle l'a travaillé elle même et se trouve très satisfaite du résultat. Il est clair, permettant de répandre convenablement la lumière dans la pièce. Sur les murs les présentoirs et les étagères s'alignent. Des potions se trouvent enfermées derrière des vitrines, leur verre coloré et la forme des bouteilles permettant de les différencier d'un regard. Des pendules cliquettent, les aiguilles tournent,  et quelques petites pièces sans réel utilité attendent d'être remontées pour s'animer. Au centre de la pièce trois présentoirs pyramidaux  soutiennent encore un peu de marchandise, tronqués leur sommet est plat comme une table et arrive à la hanche. Ce sont de belles pièces en pierre gravée, soutenant le plus souvent de petits automates et des potions rangés dans les alcôves creusées sur les flancs. Ils sont suffisamment espacés pour permettre le passage. Enfin, plusieurs lustres pendent du plafond, au nombre de deux ils rayonnent doucement. Ce sont des pièces simples, une hampe de cuivre large d'un pouce accrochée au plafond, et un gros cristal luisant fixé à l'extrémité. Dans une magasin couvert de bois et recelant de nombreux produits inflammables Rorlia préfère de loin la magie lumineuse aux torches.

Pour le moment aucun client n'a poussé la porte. Le soleil n'est pas loin de son zénith au dehors, et Rorlia s'affaire sur sa création depuis l'ouverture de son magasin. Mais si elle observe parfois des clients qui s'arrêtent devant les deux vitres constituant sa vitrine, et parfois même devant la porte en sapin constellée de petits ronds de verre coloré, aucun n'est venu la trouver. Elle ne s'inquiète pas pour autant, le magasin est un bon moyen de rester à Kanabo sans y rencontrer d'ennuis, mais elle peut subsister sans argent. C'est donc sans stress qu'elle glisse de nouveaux rouages sur des tiges, qu'elle place des rondelles, des vis minuscules, et conserve son calme de statue.

HRP plan de la boutique : http://nsa39.casimages.com/img/2018/04/21/18042111262845181.png

11
Bienvenue.

13
Chat room / A la recherche d'un rp.
« le: 19 avril 2018 à 08:09:45 »
Bonjour bonjour, je me propose pour un rp dans le donjon de Kanabo, ou à l'extérieur de celui ci.

Je n'ai pas beaucoup d'idée de scénarios mais en voici quelques unes tout de même, sinon vous pouvez me proposer les vôtres :

-Vous êtes un client, régulier ou non, passant par la boutique de Rorlia. Ce sera logiquement un rp plutôt tranquille sauf si vous commencez à tripatouiller tous les mécanismes sur les étagères.

-Une simple rencontre fortuite dans le donjon. Rorlia est sortie acheter quelque chose et vous l'abordez pour une raison ou pour une autre, elle peut vous avoir bousculé sans y prêter attention, vous plaire, vous intriguer, vous acheter quelque chose, etc . . .

-Vous rencontrez Rorlia durant l'une de ses sorties en extérieur, elle arpente tranquillement les bois à la recherche d'ingrédients pour ses décoctions alchimiques, et vos chemins se croisent.

14
Fiches de personnage / Une étrange petite chatte. [validée]
« le: 12 avril 2018 à 15:33:28 »
Nom : Sha Finsar
Prénom : Rorlia
Surnom : ? ? ?

Âge : 25 ans
Sexe : Féminin
Race : Thérianthrope chatte

Métier : Alchimiste / Horlogère

Histoire :

Rorlia vient d'une région assez méconnue du monde civilisé. Le chef lieu de la région est un cirque de montagne, la formation géologique pas les saltimbanques. On y trouve des Thérianthropes, uniquement des prédateurs, allant du smilodon massif aux plus petites hermines sveltes. Rorlia appartient à ce peuple par le sang, sa mère une thérianthrope chat de glace, et son père un thérianthrope tigre. Ils vivaient paisiblement, autant qu'il est possible dans l'environnement impitoyable des hauteurs, jusqu'à la naissance de leur fille, Rorlia. A peine sortie du ventre de sa mère il fut claire qu'elle n'était pas comme eux, qu'elle n'était pas comme le reste de la communauté, ses trois queues le montraient aussi certainement que si elle était arrivée avec un parchemin explicatif. On convoqua les chamans et les oracles, les divers mystiques de la région, afin qu'ils statuent sur le cas de l'enfant. L'assemblée des érudits fut partagée, une minorité réclamait la mise à mort dans l'instant, une autre minorité voulait en faire une prophète, une sorte de guerrière sainte pour le futur, mais la majorité ne voyait qu'un enfant inquiétant, mais un enfant tout de même. Comme tuer un nourrisson ne pouvait être facilement accepté cette solution fut rejetée, mais personne n'était à l'aise avec cette créature étrange, pas même les parents, et il fut décidé de la placer en marge de la communauté. Un interdit frappa le nouveau né, elle ne serait acceptée dans les enceintes tribales qu'à condition de s'y voir convoquée au préalable. Cela contenta presque tout le monde, et les parents s'installèrent en retrait.

Durant dix ans la vie s'écoula sans heurts, paisible dans les hauteurs, un hiver plus dur qu'un autre, un printemps plus généreux, mais sans rien de réellement notable ni en bien ni en mal. Rorlia grandissait rapidement et ses parents, quoi qu'effrayés à sa naissance, l'aimaient autant que n'importe quel autre enfant qu'ils auraient put avoir. Ils s'inquiétaient toutefois pour elle, son comportement étrange n'en faisait pas quelqu'un de sociable. L'enfant riait peut, pouvait rester des heures à fixer le vide sans frémir, et ne montrait pas un grand entrain pour la plupart des jeux auxquels son âge la destinait. Au lieu de quoi elle s'asseyait à côté de sa mère lorsqu'elle tannait le cuir, à côté de son père taillant des flèches et des javelots, ou bien redressant une dague dans l'âtre. Trop sérieuse, trop apathique, trop lisse, elle dérangeait les autres membres de la communauté lorsqu'ils rendaient visite à la petite famille, même avec les efforts d'amabilité de la petite fille elle restait anormale à leurs yeux, et ils étaient peu nombreux à l'apprécier.
En grandissant Rorlia s'aventura de plus en plus loin de la maison familiale, elle connaissait l'interdit pesant sur elle et ne s'approchait pas des campements tribaux, même si elle les observait parfois de loin depuis une cachette ou une autre. Voir cette multitude se mélanger, échanger et vivre ensemble, voila quelque chose qui la troublait. Le monde pour elle se résumait à une maison et trois personnes dedans. Lorsqu'elle croisait des adultes elle les saluait avec le respect que ses parents lui avaient enseignés, et s'écartait de leur chemin, cela suffisait, mais avec les autres enfants de son âge elle découvrit la cruauté. Se moquer d'elle était si facile, l'insulter, elle, ses parents, leur mode de vie. Tout cela glissait toutefois sur Rorlia, il s'agissait d'un comportement qu'elle ne comprenait pas, ses parents ne lui apprenaient pas à se conduire de cette façon, et elle ne saisissait pas le sens de la plupart des insultes, elle ne comprenait que le rejet et l'agressivité dans les voix.
Pendant longtemps les choses en restèrent là, mais un jour le petit groupe qui affectionnait le plus ce genre d'échange décida de s'en prendre à elle d'une autre façon. Rorlia attendait, perchée sur une branche maîtresse d'un arbre, qu'un renard sorte de son terrier. L'animal savait qu'elle était là, ses pupilles brillantes la fixait depuis l'obscurité de sa cachette, mais Rorlia était prête à attendre, elle voulait le toucher, il avait l'air doux. Elle entendit le groupe avant qu'il ne soit visible mais ne se retourna pas, ils cherchaient certainement quelque chose d'autre, un lézard, un lapin, ou des fruits sur les arbustes. Elle fut donc très étonnée lorsqu'une pierre de fronde la frappa à la tempe, et s'écroula au sol, deux mètres plus bas.
A son réveil la situation était totalement différente, son crâne lui faisait terriblement mal, ses membres lui semblaient tous faibles, presque friables, et ses oreilles sifflaient. Dans la truffe elle avait l'odeur du sang. Le petit groupe de jeunes riait en la regardant se réveiller, elle essaya de se mettre debout mais des entraves entre ses mains et ses chevilles la firent tomber, et ils rirent de plus belle. Elle comprit alors qu'elle était leur proie, et qu'elle était capturée. La suite logique était la mise à mort. Une vague de panique inonda l'esprit de Rorlia, sa respiration s'accéléra et des points noirs dansèrent devant ses yeux. Puis quelque chose bascula en elle et une solution lui apparut. Elle appartenait à ceux qui chassent, elle pouvait toujours s'en sortir. L'un des gamins, un petit chef d'une douzaine d'année, la pointait avec un couteau, jusque là elle n'y avait pas prêté attention, mais maintenant elle l'écoutait et il parlait de lui écrire certaines choses sur le corps. Rorlia s'efforça de calmer sa respiration, le regarda approcher, et se recroquevilla doucement sur elle même. Un sourire victorieux et sadique fendit le visage de l'autre, mais lorsqu'il se trouva suffisamment près ses yeux s'écarquillèrent et il leva les bras pour se protéger, Rorlia, en se tassant, avait prit ses appuis. Elle lui bondit dessus, le percutant en pleine épaule, et ils roulèrent au sol. Entravée comme elle l'était elle se savait en mauvaise posture, alors elle se fixa un seul objectif, repérer la gorge, et quand elle y parvint, elle plongea ses crocs dedans, arrachant une bouchée de chair dans un effort sur sa nuque. Le chef essaya de crier mais il lui manquait sa gorge, les autres y parvinrent avec un peu de retard. En se tortillant sur le sol, Rorlia réussit à attraper le couteau gisant à côté du cadavre, puis à tailler le lien entre ses jambes et ses mains. Avec une souplesse choquante elle passa les mains devant elle, toujours liées, mais avec un couteau dedans, et pointa le reste de la bande. Ils s'enfuirent sans demander leur reste.

Suite à ce qui fut appelé un meurtre il y eut un procès. Il se déroula très rapidement, et le jugement fut sans appel. Rorlia devait être mise à mort pour avoir tué quelqu'un de la communauté, malgré tout ce qu'elle put dire lorsqu'on lui demanda de décrire la scène, et tout ce que ses parents avancèrent pour prouver qu'elle était une enfant paisible. Les témoins appelés mentirent tous, elle avait attaqué sans raison, la première, ils l'avaient attachés mais elle avait réussit à couper la corde et ils s'étaient enfuis. Les adultes la connaissant parlèrent d'une enfant bizarre, toujours distante, qui se comportait comme une bête, constamment sur le qui vive. Au terme de la séance qui aboutit à sa mise à mort la mère de Rorlia fut assommée et enfermée pour avoir cherché à agresser l'un des témoins qui venait trois fois par lune les visiter. Le père de Rorlia, lui, préférait ne rien dire, et attendre le moment propice pour récupérer sa fille.
La condamnation fut placée quelques jours après le procès, tuer un enfant choquait les esprits, il fallait le temps de s'y faire. De cette attente surgit aussi un événement inattendu. L'un des jeunes ayant participé à la capture de Rorlia avant de tenter de la mutiler était allé voir le chef du village, et avait raconté la vérité, en expliquant que le groupe voulait que Rorlia meurt parce qu'elle était trop bizarre, et qu'il fallait venger leur camarade. Une nouvelle assemblée fut convoquée, sans témoins, sans les parents, et sans Rorlia. Le chef était dans une colère noire, il insulta méthodiquement tous les prétendus sages qui n'avaient pas été capables de voir au travers des mensonges d'une bande de gamins, et lui même au passage, et déclara que le procès n'était même pas une farce, juste une ignominie, qu'il refusait de mettre Rorlia à mort car désormais, plus personne ne savait dans quelle mesure la vérité existait dans les mots de chaque témoignage. Cependant, comme l'affaire était grave, que Rorlia demeurait un motif d'inquiétude pour un certain nombre des siens, et que le ressentiment de la famille du mort réclamait vengeance, il ne pouvait pas la laisser sur les terres des tribus. Tôt ou tard quelqu'un chercherait à la tuer, il y parviendrait, ou bien elle le tuerait, et tout recommencerait. Elle devrait donc être bannie.

Deux jours plus tard, une besace pleine de vivres, une épée courte et un arc en sa possession, Rorlia fut emmenée loin des montagnes. On lui banda les yeux pour qu'elle ne retrouve pas son chemin, le voyage dura une semaine, au terme de laquelle elle fut relâchée dans une plaine herbeuse, sans aucune indication. Le chariot l'ayant amenée là était celui d'un colporteur passant souvent au bas des montagnes pour acheter ce qui manquait aux tribus, il continuerait sa route avec les deux gardes qui le protégeait, elle ne pouvait pas les suivre.
Rorlia se sentit seule, pour la première fois de sa vie, totalement seule, sans ses parents, sans sa maison, sans son territoire, elle ne connaissait plus rien. Elle campa sur place quelques jours, le temps de prendre des repères et de se rassurer. Elle fit comme son père le lui avait apprit, des exercices physiques,  et de réflexion, afin de ne pas prendre de mauvaises décisions et de rester forte si elle devait se battre. Puis elle commença à errer.

Quelques années plus tard, à l'âge de dix-huit ans, elle atteignait le donjon de Kanabo. On disait que tous pouvaient vivre en paix ici. Elle décida d'essayer, déposa ses armes, et prit un emploi sans violence. Néanmoins elle laissa derrière elle des histoires qui ne manquent pas de courir de villages en villages, de compagnies en compagnie. Une furie qui massacre les gens aussi bien à l'épée qu'à mains nue ou en les déchirant de ses crocs, ça marque, mais avec trois queues en plus, ça reste dans les esprits.

Caractère :
Rorlia est d'un caractère placide au premier abord, elle parle peu aux inconnus et rarement pour des choses qu'elle considère futiles. Son emploi occupe la majeure partie de son temps car elle s'applique à demeurer très professionnelle, de sorte que sa position au donjon de Kanabo ne soit pas compromise. Son but, peut être le seul qu'elle est, semble être de vivre dans la paix au donjon, elle ne prête que rarement main forte et refuse en général toute aide qui lui est proposée. Son mode de vie solitaire et son attitude distante en font un personnage de la communauté de Kanabo facilement critiqué, pourtant ceux à qui elle a déjà rendu service lui trouvent souvent des qualités étonnantes, ainsi l'alchimiste est douce avec les souffrants, se montre attentionnée et prévenante, ne compte pas ses heures et semble faire rarement payer ses services aussi chers qu'ils le devraient, à moins qu'elle se trouve irritée.
Renfermée sur elle même Rorlia cache une grande partie de sa nature. Elle n'a jamais été doué pour s'exprimer au travers des mots ou des gestes, le monde lui apparaît comme quelque chose de simple en tant que spectatrice, mais dès lors qu'elle doit y agir elle même elle se sent perdu et se place facilement dans une position de défense qui rebute les autres. Elle aimerait pourtant avoir des amis, des loisirs qu'elle ne pratique pas seule, et vivre comme tout un chacun. De temps à autres elle tente de se dévoiler, mais ses maladresses la renvoie bien rapidement dans son appartement et sa boutique, triturer des engrenages et remuer des mixture avec autant d'émotion qu'une pierre.

Apparence :
La femme chat est élancée, sa silhouette statue à un bon mètre soixante dix-huit. Elle est souple, gracieuse, leste, ses muscles secs ondoient sous sa fourrure courte, et ses mouvements possèdent ce quelque chose de languide qui donne aux félins une aura de puissance et de beauté. Ses prunelles sont d'un rose très pâle, et passent parfois pour grises à cause des jeux de lumière au dedans. Son museau est courts, sa chevelure mi-longue tient plus de la crinière qu'autre chose et elle la taille sans grande prétention de beauté, dans un but pratique. Des griffes terminent ses doigts, et ses antérieurs n'ont rien d'humains, en effet Rorlia est digitigrade, comme une chatte animale. Une petite particularité étrange, qui ne manque pas d'attirer les regards et de faire parler d'elle de bien des façons, est la multiplicité de ses queues, car elle en possède trois, chacune au poil blanc et court comme sur tout le reste de son corps, mais terminées par une bouffée de poils qui leur donne l'aspect d'un pinceau.

Inventaire :
-Épée courte en fer
-Arc de chasse banal, avec les flèches évidemment.
Capacités :
-Ambidextre Lvl 1
-Arts Martiaux Lvl 1
Bottes secrètes :
-Inexpugnable : Rorlia est naturellement résistante à la magie, pas immunisée, résistante.
-Appel aux armes : Une arme déjà touchée directement par Rorlia peut être appelée dans ses mains, ne fonctionne pas si elle touche avec une arme ou avec des gants, etc . . . le contact doit être direct avec son corps.

Add-On : [Si vous avez créer des Add-On pour votre personnage, ajoutez les à votre fiche. Bien évidement, à votre inscription, vous n'aurez normalement pas de Add-On à mettre à votre fiche.]

Pages: [1]